Hello, je reviens aujourd'hui pour vous présenter "Le théorème de Katherine" de John Green. Je me remets peu à peu à lire des romans jeunesse (et à lire tout simplement) et à vous rédiger des avis donc j'espère que ça vous plaît! Let's go!

Auteur : John Green

Edition : Nathan (traduction)

Dès : 15 ans

Type : roman humoristique/ d'ados

 

Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux.

Dix-neuf fois la fille s'appelait Katherine.

Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et surtout pas Catherine, mais Katherine.

Et dix-neuf fois, il s'est fait larguer.

 

 

Une note : 7/10

Mon avis :  Premièrement je tiens à préciser quelque chose (bien que ça ne soit pas une information essentielle mais je ressens le besoin de vous le dire alors voilà) : [en 2014 il y a le GROS mouvement où tout le monde s'est mis à lire du J. Green avec "Nos étoiles contraires" et j'ai moi-même fait le mouton; j'ai adoré NEC et je me suis jurée de lire de lire tous les autres bouquins de J. Green, j'ai donc lu dans l'ordre NEC, "Qui es-tu Alaska", "La face cachée de Margo", "Flocons d'amour" et "Will & Will". J'ai eu à plusieurs occasions la possibilité de lire "Le théorème des Katherine" mais les deux premiers chapitres ne m'inspiraient pas (le vomi tout ça, pas trop mon truc) et j'ai eu tort!]

Tout d'abord parlons des personnages: les personnages principaux sont Colin (qui est la personne qu'on suit tout au long de l'histoire), c'est un adolescent surdoué dont le but de sa vie est de devenir un génie même s'il sait au fond de lui que jamais cela n'arrivera ; nous avons ensuite Hassan qui est le meilleur ami d'enfance un peu corpulent de Colin et Lindsey, un personnage qui apparaît au cours du roman et qui semble un peu difficile à cerner même si elle reste "simple" au fond. J'ai bien aimé le personnage de Lindsey ainsi que celui de Colin et j'ai un peu plus de mal avec Hassan pour une raison qui m'est encore inconnue.

Parlons à présent de l'histoire en elle-même et de son auteur. On retrouve la plume de John Green, sur ce point je n'ai vraiment pas été déçue et ayant lu tous ses autres livres, j'ai deviné la fin même si j'aurai bien aimé avoir tort et être surprise (pas parce-que la fin est nulle, non au contraire je l'ai bien aimée mais juste par le simple fait d'être habituée à ce type de "chute" qui n'en est pas une). Le livre est découpé en 19 chapitres (en l'écrivant je me rends compte du clin d'œil de l'auteur par apport aux ex de Colin) + un épilogue (ou, je cite, "chapitre de Lindsey Lee Wells" ; et vous saurez pourquoi si vous lisez ce roman) et je n'ai pas lu un seul passage où je me suis ennuyée, il est donc très bien rythmé. Puis j'ai trouvé très drôles les petites notes en bas de page souvent voire même tout le temps en lien avec les Mathématiques qui n'est en aucun cas ma matière préférée et, même si je n'ai ni tout lu ni tout compris, j'ai bien aimé ces passages. En résumé "Le théorème des Katherine" c'est: des fous rires et des sourires, un peu (beaucoup) d'amour, de la tendresse, des réflexions sur le sens de la vie, les mathématiques et sur qui nous sommes ; de l'amitié, de la complicité et du John Green tout craché!

A lire si vous êtes en quête de lecture sans prise de tête, addictive (je l'ai lu en trois jours), drôle et dans le genre mini road trip, foncez!

See u later, Anaïg

Retour à l'accueil